La consommation du café dans le monde

Quasiment la totalité de la production mondiale de café est obtenue en zones tropicales et subtropicales, et la majorité dans les pays en voies de développement ou sous-développés. Dans beaucoup de cas, l’exportation du café constitue une partie importante des revenus du pays, et sa production un grand générateur d’emploi.

Plantation de café au Salvador

Statistiques économiques :

Le café est la seconde marchandise commercialisée dans le monde juste après le pétrole. On estime que 125 millions de personnes vivent de la culture du café, incluant 25 millions de petits producteurs. Chaque année 400.000 millions de tasses de café sont consommées. Des intérêts économiques et sociaux colossaux sont en jeu.

 

Sac de café vert confectionné par notre coopérative au Pérou

La production mondiale est supérieure à 100 millions de sacs de 60 kilos de café vert, depuis des années. Les plus grands exportateurs de café sont les sud-américains. La Colombie et le Brésil ont exporté depuis des décennies des millions de tonnes de café dans le monde entier ! On dit que sur chaque 10 foyers dans le monde dans lesquels du café est consommé, 9 d’entre eux consomment du café d’Amérique latine et plus spécifiquement du sud : Brésil, Colombie, Pérou. L’équateur et le Venezuela sont aussi dans la liste des pays producteurs. Il existe aussi des zones autour des grands lacs d’Afrique (Burundi, Rwanda..) qui, même si ne figurant pas dans les zones principales d’exportation de café par rapport au volume mondial, dépendent économiquement de 80% de l’exportation du café. En Amérique, les principaux exportateurs de café sont le Brésil (1er exportateur au niveau mondial), la Colombie (le 3eme) le Mexique (le 6eme), Pérou 8ème, Guatemala 9ème, Honduras 10ème.

Le Pérou est le pays qui a le plus grandi au niveau de l’exportation ces dernières années.  

 

Séchage du café au soleil, Pérou
Le cas Péruvien:

Le café est le principal produit agricole d’exportation du Pérou. Il se cultive principalement du café Arabica : Bourbon, Caturra et Catimor. Le principal importateur du café Péruvien est l’Allemagne (32%), viennent ensuite les Etats-unis d’Amérique 22%, la Hollande puis la Belgique et la France. Ces 5 pays importent 74% du café produit par le Pérou. De la totalité de la production péruvienne, 27% correspondent aux cafés de spécialité, et 73% au café conventionnel. Dans la rubrique café de spécialité exportés par le Pérou, 56% sont des cafés biologiques ou issus du commerce équitable, 11% sont des cafés durables et 3% correspondent au grade 1 Gourmet Premium. 2 millions de Péruviens dépendent directement et indirectement de cette activité. Le Pérou est le principal exportateur mondial de café biologique. En 1825 la production mondiale était de 100.000 tonnes de café vert et en 2001 de 6 millions de tonnes. Depuis 1997 jusqu’à 2005, la production à augmenté de 20%.

 

Conditionnement des sacs de café vert avant exportation, Honduras

En 2005, les prix du café ont augmenté, cette hausse fut probablement causée par une augmentation de la croissance économique et de la consommation en Russie et en Chine. Aujourd’hui, beaucoup de producteurs de café peuvent vivre de leur production, mais cela reste difficile car l’augmentation du prix du pétrole à fait monter les coûts de transport, de torréfaction et de conditionnement des grains de café.

 

MA RÉSERVE BIO - café premium 1kg
Notre gamme de café Bio et Équitable
Cafe grain bio - Café Launay
Notre gamme de café Bio

On utilise de nombreuses classifications pour étiqueter le café qui est produit, sous certains standards environnementaux ou de travail. Par exemple : Bird Friendly Coffee ou le Shade-Grown coffee se produisent dans les régions dans lesquelles l’ombre naturelle (produite par les arbres) s’utilise pour protéger les plantes durant la saison de pousse. Le café biologique, lui, se produit sous de stricts points de certifications et sans utiliser de pesticides artificiels potentiellement dangereux. Quant au café issu du commerce équitable, il est produit spécialement par les petits producteurs de café : Le commerce équitable leur garanti un prix minimum de vente pour avoir des conditions de vies décentes.

 

Le commerce équitable :

Le commerce équitable est une forme alternative de commerce promu par différentes organisations gouvernementales, par l’ONU et par des mouvements sociaux et politiques (comme le pacifisme et l’écologie), ces organisations prônent une relation commerciale volontaire et juste entre les producteurs et les consommateurs. Les principes que défend le commerce équitable sont :

Au Honduras avec les membres de la coopérative et les petits producteurs
  • Les producteurs forment partie de coopératives ou organisations volontaires et fonctionnement démocratiquement
  • Rejet de l’exploitation infantile
  • Egalité entre hommes et femmes
  • Un travail exercé avec dignité, et dans le respect des droits humanitaires
  • Le prix payé aux petits producteurs leur permet des conditions de vie dignes
  • Les acheteurs payent généralement par avance pour éviter que les producteurs cherchent à se financer par d’autres moyens
  • La qualité est recherchée ainsi que la production durable
  • Respect de l’environnement
  • Eviter les intermédiaires entre les producteurs et les consommateurs
  • Informer les consommateurs sur l’origine du produit
  • Le processus doit être volontaire, tant la relation entre producteurs, distributeurs et consommateurs.

 

Le café est un des produits emblématique du commerce équitable. En effet, le mouvement naît à la chute des cours sur le marché mondial du café. L’étiquette Max Havelaar a été dédiée principalement à ce produit. Le café fut élu comme symbole, étant le produit le plus exporté après le pétrole mais avec un prix qui était fixé par les cours de la bourse des marchés internationaux alors qu’il était produit dans sa majorité par des petits paysans et des entreprises familiales !  Les acheteurs disposant de cette étiquette se compromettent à acheter le café à un prix fixe même si les prix mondiaux sont inférieurs à ce montant, ce que nous faisons pour notre gamme de café bio et équitable: Ma Réserve Bio. Ce prix fixe, joint à un pré financement des cueillettes et une garantie d’achat sur plusieurs années, ont permis à de nombreux petits producteurs d’améliorer leurs conditions de vie et ne pas rester dans la misère, notamment lors de la crise du café de 1997 quand l’énorme chute des sacs (-65%) causée par la super production, à laissé le prix d’achat en dessous du coût de production. Pour en savoir plus: https://maxhavelaarfrance.org/les-produits-fairtrade-maxhavelaar/cafe-equitable/

L’étiquette Max Havelaar garantit aussi le paiement d’une prime de développement destinée à l’instauration de programmes alimentaires, santé et éducation comme le fait la coopérative avec laquelle nous travaillons au Honduras, dans laquelle des cours de français sont donnés aux petits enfants:

 

Un article sur notre visite au Honduras: https://www.comsa.hn/cafe-launay-de-visita-en-comsa/ 

Nous vendons sur notre boutique en ligne des sacs de café issus de la coopérative La Florida avec laquelle nous travaillons au Pérou. Les bénéfices sont reversés aux petits producteurs péruviens : Sacs de café en jute Pérou Importations :

6 entreprises ont acquis près de la moitié de la production mondiale ; Kraft, Nestlé, Procter & Gamble, Sara Lee, la Fédération Nationale de Cafétérias et Tchibo. Les ventes annuelles générant des milliards de dollars

Actualités sur le développement durable: 

Un nouvel article dans le dossier "développement durable" du Quidam magazine 😀🌎🌱

Publiée par Café Launay/Mateo Distribution sur Lundi 29 juillet 2019